Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Activités Archives 2008-09 Après Siggraph 08 "Bravo" par Pierre Berger

"Bravo" par Pierre Berger

Bravo la France. Chapeau l'Amérique. Allez, l'Europe !

D'abord, un grand bravo aux élèves des écoles françaises : ils (et elles) ont raflé quatre sur cinq des prix (awards) décernés cette année à Los Angeles :

- Best of show : Oktapodi (Gobelins)
- Jury award : Mauvais rôle (Esra)
- Student prize : 893 (Supinfocom Arles)
- Audience prize : Oktapodi.

Le cinquième prix (Story telling) a été aussi remporté par des étudiants européens, avec Our Wonderful Nature (HFF Postdam, Germany).

 

Pour Anne Brotot (directrice de Sup Infocom Arles) qui, évidemment, ne boude pas son plaisir, cela s'explique par les méthodes pédagogiques de nos écoles : elles mettent l'accent sur la réalisation du projet et son caractère collectif. Elles apportent aux étudiants un solide environnement et l'expérience d'enseignants chevronnés. Aux Etats-Unis, l'enseignement reste simplement technique (dans les écoles d'art), ou essentiellement académique, l'étudiant étant laissé pratiquement seul avec un projet individuel. Elle note que, pour en arriver là, nos écoles ont dû dépasser le modèle romantique de l'artiste comme génie solitaire, et jouer le jeu d'une création associant différents types de compétences (mais le mieux serait sans doute qu'Anne vienne un jour nous raconter cela à une réunion du chapitre... ).

 

Cela dit, chapeau pour le fair-play des jurys, majoritairement américains, et c'est normal vu leur supériorité industrielle en informatique graphique, à la fois dans son volet informatique (matériel et logiciel) et dans son volet culturel, si on l'évalue en termes d'audience et de marché.

Chapeau aussi pour la capacité des Américains a organiser chaque année, et au fil des décennies, une manifestations aussi importante, j'allais dire aussi monstrueuse, que le Siggraph (plus de 28000 visiteurs, en première approximation). Wow! A chaque fois qu'on y revient, c'est la même sensation un peu écrasante, la même petite frustration de ne pas pouvoir tout voir, et le même bonheur de sentir qu'on est au coeur de la spécialité, que les meilleurs seront là, et qu'on ne repartira pas les mains vides.

 

Avec de tels chiffres, l'ACM Siggraph (Special Interest Group on Graphics) est de loin en tête des SIG (special interest groups) de l'ACM, que ce soit pour l'importance de ses congrès ou le nombre de ses chapitres locaux (c'est le Sigchi, Computer human interaction, qui le suit). Et pourtant, malgré quelques excursions dans des domaines voisins, l'événement s'est concentré, au fil des années, presqu'exclusivement sur le cinéma d'animation. Il le traite depuis la recherche (appliquée) et le développement jusqu'aux phases successives de sa production. On reste sur sa faim si on vient chercher ici de la recherche fondamentale (par exemple sur les théories de la vision, les neurosciences, la modélisation compotementale ou les bases théoriques du story telling). On n'y trouve aussi que marginalement d'autre immenses applications de l'informatique graphique comme la défense et la sécurité , la médecine ou la robotique industrielle. Après tout, tant mieux. S'il fallait encore élargir les horizons du Siggraph, aucun centre de congrès au monde ne pourrait plus le recevoir ! 

Rappelons aussi que le Siggraph est un exemple de grande ampleur du bénévolat. La logistique lourde est bien entendu sous-traitée à des entreprises, mais toutes les instances dirigeantes de l'ACM Siggraph restent radicalement « non profit ». Et un travail important est fourni par les « student volunteers ». Etonnant, dans une Amérique que l'on juge si facilement asservie au seul culte du dollar !

 

Mais, les Américains eux-mêmes veulent maintenant donner un tour plus international à leurs actions. La montée de l'Asie n'y est pas pour rien. Ici encore, ils donnent l'impression d'un certain fair-play. Le Vieux Continent a ici une chance à saisir. A partir du moment où il y a un Siggraph Asia, la logique et l'harmonie des sphères appelle à la création d'un Siggraph Europe. Mais cela ne sera pas aussi simple. « L'Asie part de rien, et croît très rapidement. L'Europe est déjà servie », nous confiait Scott Owen (président de l'ACM Siggraph) ; en effet, elle organise déjà un bon nombre d'événements annuels, notamment Eurographics, Laval Virtual, Imagina, Annecy, pour ne citer que les partenaires officiels du Siggraph actuel.

Une dizaine de chapitres européens sont déjà actifs. Ils se sont réunis à Los Angeles sous la haute autorité de Scott Lang, director for chapters, qui a conclu la réunion par un très convaincu « Ce n'est qu'un premier pas » . Il serait bon aussi organiser la coopération de ces chapitres avec une pléiade d'associations européennes de la spécialité (Eurographics ici encore, mais aussi l'Afig par exemple). Et pourquoi pas avec d'autres groupes spécialisés de l'ACM (notamment le SIGCHI (Computer Human interaction, qui partage avec le Siggraph son intérêt pour les réalisations interactives).

Allez, l'Europe ! Il y a du pain sur la planche. Nous ne sommes pas assez gros (et nous ne croissons pas assez vite) pour inquiéter les Américains. Un tripôle Asie-Amérique-Europe les intéresse donc. Non seulement pour le Siggraph, mais aussi au niveau plus global de l'ACM, notre association « faîtière »,comme on dit en Suisse, qui vient d'élire une présidente anglaise. Et son vice-président , Alain Chesnais, a participé activement à la réunion des chapitres européens. Il ne reste qu' à (...) élaborer les bons montages, pour les évènements comme pour les structures.

 

Pierre Berger

 

Les nouveautés commerciales du Siggraph

Voici les principales nouveautés annoncées par les exposants du Siggraph (selon un document élaboré par le service de presse du salon).

3DVia. Update de la plate-forme Virtools.

Animazoo. Motion capture hybride IGS-190H

Creaform. Scanner laser couleur, permettant d'obtenir des résultats hyper-réalistes, grâce notamment à un texture mapping précis à 100%.

DataDirect Networks. Plate-forme S2A de stockage sur disque.

InterSense. Amélioration du système de prévisualisation pour la production de films et de jeux.

Ipi Soft. Motion capture Shoot3D

Lightworks Design. Version 7.9 de Lightworks.

NewTek. Version 9.5 de LightWave

Rocketbox Studios. Bibliothèques « Complete Animals » et « Complete Characters ».

Sony. Plate-forme pour le processeur Zego multi-coeur.

TechViz. Turbo accélaration 3D de XL.

Toon Boom. Version 4.5. de Toon Boom Studio. 

T-Splines. Version 2.0 de Rhino

Actions sur le document